Culture et tradition

Niger/ Menaces d’Intervention militaire CEDEAO: Déclaration de la Secrétaire générale du Parti des Travailleurs d’Algérie


Louise Hanoune

Une modification très grave est intervenue dans notre environnement immédiat comme pays :
Les développements au Niger notre voisin et pays frère avec qui nous partageons environ 1000 km de frontières ainsi que des questions historiques, économiques et même sur le plan identitaire, nous mettent dans une position d’alerte extrême. S’il est normal que l’ANP et les institutions civiles soient mobilisées face au danger, le peuple également est concerné. La menace d’intervention militaire étrangère au Niger est l’élément majeur qui caractérise la situation dans notre région et au-delà. En effet, par-delà les impacts dévastateurs sur le plan humain et matériel, qu’une telle intervention entrainerait au Niger, dans la région du Sahel et sur l’ensemble du continent africain déjà en proie à de multiples conflits armés dont la Libye, le soudan, l’Ethiopie …

Alors que le Sénégal sombre dans une crise politique sans précédent à l’occasion des présidentielles, mais cela n’empêche pas le gouvernement sénégalais de prendre part à la menace contre le Niger, une telle intervention aggraverait la migration déjà tragique ainsi que le terrorisme qui ensanglante plusieurs pays du Sahel à commencer par le Niger même, et constitue une menace directe pour notre sécurité nationale.

En 2011, le PT et l’UGTA avaient organisé, à Alger, une conférence internationale d’urgence contre les guerres d’intervention militaire étrangère, de dislocation et de pillage, en défense du Mali qui était la cible, en défense du continent africain. La Libye venait d’être plongée dans un chaos sanglant suite à l’intervention militaire française et britannique.

La conférence a réuni des organisations syndicales et politiques opposées aux interventions militaires étrangères, au pillage impérialiste des ressources des peuples de tout le continent africain, d’Europe, des USA, d’Asie, du Moyen-Orient, … etc

Aujourd’hui encore, nous pensons que les problèmes internes ne sauraient constituer des obstacles devant la libre initiative pour organiser la mobilisation populaire contre la guerre impérialiste directe ou par procuration, contre l’intervention militaire étrangère au Niger, en défense de tous les peuples et nations de la région, dont les nôtres.

Nous le savons : les enjeux qui sous-tendent la volonté des impérialismes US et UE d’intervenir militairement au Niger n’ont rien avoir avec la légitimité constitutionnelle pas plus que ne l’avaient été la démocratie et les droits de l’homme pour justifier les interventions militaires criminelles en Libye, Irak, Afghanistan au Yémen … etc

Il s’agit, exclusivement, pour les impérialismes US et UE d’assurer la poursuite du pillage des richesses du Niger alors que le peuple nigérien est privé des conditions élémentaires de vie, plongé dans la misère et il s’agit également d’imposer le maintien au Niger d’une présence militaire étrangère multinationale.

Alors nous le disons clairement : nous sommes fondamentalement opposés à toute forme d’ingérence extérieure dans les affaires internes du Niger, à toute intervention militaire étrangère.
C’est au peuple nigérien et à lui seul de décider de son sort et donc du sort de son pays car c’est lui, exclusivement, qui accorde la légitimité et est habilité à la retirer s’il le juge nécessaire en défense de ses intérêts propres considérant qu’il est l’unique détenteur de la souveraineté.
Nous sommes inconditionnement solidaires du peuple nigérien et dénonçons avec force les sanctions criminelles qui lui ont infligées par la CEDEAO sur ordre de l’impérialisme.

Nous sommes inconditionnellement solidaires du peuple Nigérien et nous nous interdisons toute immixtion dans ses affaires et choix, et nous dénonçons les menaces d’agression militaire émanant de gouvernements membres de la CEDEAO par procuration des impérialismes européen et américain au profit du pillage et de la présence militaire étrangère au Niger.
Honte à ces gouvernements et ces régimes qui ont affiché leur agressivité à l’égard du peuple du Niger et leur vassalité à l’égard de l’impérialisme, honte à eux ! ne feraient-ils pas mieux de résoudre les énormes problèmes et difficultés dans lesquels de débattent leur pays respectifs et qui sont à l’origine des souffrances insoutenables de leurs peuples ? Le gouvernement ivoirien a-t-il oublié le désastre sanglant qu’a vécu la Côte d’Ivoire suite à l’intervention étrangère ? Ignorent-ils qu’une guerre contre le Niger impacterait directement sur leurs propres pays déjà exsangues ?
Salut au peuple nigérien mobilisé en défense de son pays !
Nous saluons les prises de positions contre l’intervention militaire émanant des partis, organisations populaires et du Sénat au Nigéria dont le gouvernement belliqueux est à la tête de la CEDEAO et du cartel de gouvernements enrôlés par l’impérialisme contre le Niger.
Alors que le Nigeria, premier pays producteur et exportateur de pétrole en Afrique, est plongé dans un désastre économique et social épouvantable et dévasté par un terrorisme (Boko Haram) des plus sauvages.
Nous saluons les positions des centrales syndicales et des peuples de la sous-région à commencer par les pays membres de la CEDEAO et dont les gouvernements se sont rangés sous la bannière de l’impérialisme ainsi que celles émanant des pays africains en général. Nous partageons la position contre l’intervention militaire étrangère en défense du Niger contre l’impérialisme, de l’Entente internationale des travailleurs et des peuples (EIT) fondée en janvier 1991, sur la base d’un manifeste contre la guerre et l’exploitation à la veille de l’agression trentenaire contre l’Irak et la déclaration contre l’intervention étrangère et en solidarité inconditionnelle avec le peuple du Niger émanant des syndicats et partis africains, membres du Comité international de liaison et d’échanges (CILÉ) créé en 2017 à Alger à l’issue de la 8ème CMO de l’EIT.
Nous suivons l’évolution de la situation au Niger d’heure en heure, car ce qui est en cause c’est notre sort commun.
Donc notre position dépasse la question de la solidarité, elle participe de l’auto-défense face à une agression.
C’est pourquoi, considérant la position officielle de l’Etat qui s’oppose clairement à toute intervention militaire au Niger, nous pensons que les autorités nationales peuvent et doivent tout mettre en œuvre pour que soit respectée la souveraineté du peuple nigérien, la souveraineté du Niger.

Alger le, 09 août 2023
Par Madame Louise Hanoune
Secrétaire générale du Parti des Travailleurs

AGENCE AGRÉÉE DE VENTE DE TOUS PRODUITS FOREVER LIVING LIVRABLES DANS LE MONDE WhatsApp (+228)98 08 88 20

Laisser un commentaire

Bouton retour en haut de la page

En savoir plus sur Referenceur

Abonnez-vous pour poursuivre la lecture et avoir accès à l’ensemble des archives.

Continue reading